RAPPEL Parking IUT et Accès aux amphis

Nous vous rappelons que les places de parking situées dans les zones matérialisées par une ligne bleue sont réservées uniquement au personnel de l’IUT.

Pour des raisons de sécurité, l’accès à l’intérieur des amphis n’est possible qu’à partir de 13 h 45. Nous vous demandons de respecter cette consigne.

18 novembre 2020

ICI L’ART N° 19 !!!!

 

Le couple vu par les peintres –  « Le Capricorne » de Max Ernst 

 

Dans sa série « Le couple vu par les peintres », c’est « Le Capricorne » de Max Ernst que Jean-Paul Salles nous présente aujourd’hui.

C’était l’objet d’une conférence qu’il avait prévu de nous donner en avril 2020 dans le cadre de notre cycle « Primitif » : « Max Ernst ou la mise en valeur du bizarre, du primitif, de l’inquiétant », conférence dont la COVID aura eu, provisoirement, raison.

Le goût de de Max Ernst pour l’art des Indiens Hopi et leurs poupées Kachinas l’inscrivait incontestablement dans ce thème du « Primitif ».

Avec Dorothea Tanning, c’est une introduction au thème 2020/2021 que nous allons très à propos trouver, puisqu’il s’intitulera, quelle que soit la date où nous pourrons le mettre en œuvre, « De l’art et des femmes ».

Outre que Dorothea Tanning fut la « femme de » Max Ernst, n’apprend-t-on pas qu’elle fut aussi « une des premières femmes qui osent renverser le point de vue érotique dans l’art, sa peinture exprimant les fantasmes de la femme, individu à part entière et non plus seulement comme projection du désir de l’homme ».

 

⇒ « Le Capricorne »

 

Jean-Pierre Debauve

 

Leave a Reply

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

  

  

  

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.