RAPPEL Parking IUT et Accès aux amphis

Nous vous rappelons que les places de parking situées dans les zones matérialisées par une ligne bleue sont réservées uniquement au personnel de l’IUT.

Pour des raisons de sécurité, l’accès à l’intérieur des amphis n’est possible qu’à partir de 13 h 45. Nous vous demandons de respecter cette consigne.

Conférence - 21 mars 2019

Palmyre du désert, une oasis de Syrie dans l’Empire romain

Jeudi 21 mars à 14 h 30 – Amphi Valin / Fac de Droit

Palmyre du désert, une oasis de Syrie dans l’Empire romain

Maurice Sartre – Historien – Professeur émérite d’Histoire ancienne à l’Université de Tours – Spécialiste du monde grec et du monde romain oriental

Annie Sartre-Fauriat – Historienne spécialiste de l’archéologie funéraire et de l’épigraphie grecque et latine du Proche-Orient gréco-romain

 

 

Annie Sartre-Fauriat, professeur émérite d’histoire romaine à l’Université d’Artois (Arras), est spécialiste de l’histoire et de l’archéologie de la Syrie gréco-romaine.

Elle a publié une étude sur les coutumes funéraires dans le Sud du pays, « Des tombeaux et des morts, 2 vol., Beyrouth, 2001 », ainsi que les archives d’un voyageur anglais dans cette région, « Les voyages dans le Hawran (Syrie du Sud) de William John Bankes (1816-1818), Bordeaux-Beyrouth, 2004 ».

 

Maurice Sartre, professeur émérite d’Histoire ancienne à l’Université de Tours, est spécialiste de la Méditerranée orientale gréco-romaine.

Il a publié notamment « D’Alexandre à Zénobie. Une histoire du Levant antique, Fayard, 2e éd., 2003 » ; « Histoires grecques, Le Seuil, 2006 » ; « Cléopâtre, un rêve de puissance, Tallandier, 2018 ».

 

Ensemble, ils ont publié plusieurs volumes des Inscriptions grecques et latines de la Syrie (t. 14 et 15), et trois ouvrages sur Palmyre : Palmyre, la cité des caravanes, Gallimard-Découvertes, 2007; Zénobie, de Palmyre à Rome, Perrin, 2014; Palmyre vérités et légendes, Perrin, 2016.

 

Bien que le nom de la ville apparaisse dès le début du IIe millénaire avant notre ère, l’histoire de Palmyre ne nous est connue que durant les premiers siècles de notre ère, lorsque, entrée dans l’Empire romain, elle atteint une sorte d’apogée grâce aux ressources qu’elle tire du commerce lointain. La ville se couvre alors d’édifices nouveaux et prend l’allure d’une belle ville de la Syrie romaine. Sa société, ses cultes et son art n’en conservent pas moins des traits originaux qui en font l’intérêt aux yeux des historiens.

Site of Palmyra (Syrian Arab Republic)

Après l’échec de Zénobie pour s’emparer du pouvoir à Rome, la ville connaît un certain déclin, mais subsiste active pendant plusieurs siècles. Le bon état de conservation de ses ruines, jusqu’à une date très récente, en faisait l’un des sites les plus spectaculaires du Proche-Orient.

Se pose aujourd’hui la question de son avenir, alors que tous ses monuments les plus emblématiques ont disparu.

Les commentaires sont fermés.